Le GPMSE est heureux d’accueillir, en tant que nouvel adhérent, Lawrence Defay, dirigeant de la société D-Secure, spécialisée dans l’apport de solutions adaptées aux besoins des entreprises privées, en mettant à leur disposition toute l’expertise des technologies de sécurité, tant pour l’installation de ces dispositifs que pour les services de surveillance à distance.

 

Pourriez-vous revenir sur votre parcours professionnel et les raisons de ces choix ?

J’ai un parcours relativement simple, ayant toujours travaillé dans le secteur de la sécurité. La principale raison est familiale, mon père ayant dirigé une société de gardiennage, pendant de nombreuses années.

En outre, lorsque j’étais étudiant, j’ai eu l’opportunité de travailler en tant qu’agent de sécurité, dans une société de télésurveillance et de gardiennage. Puis, je suis devenu agent d’intervention. Entretemps, diplômé d’un master « Administration et Gestion des affaires », on m’a confié la responsabilité d’un PC de télésurveillance. En 1999, j’ai décidé de racheter une société spécialisée dans l’équipement sécurité vidéo, détection des intrusions, télésurveillance. Société que j’ai revendue en 2015, pour créer D-Secure, en 2016 ; Depuis 20 ans, je suis donc gérant de sociétés de sécurité.

Ce parcours professionnel, je l’ai choisi, par amour et respect pour cette activité, en plaçant l’humain d’abord et l’électronique ensuite.

 

Quel est l’ADN de D-Secure?

Parler de l’ADN de D-Secure nécessite, tout d’abord, que je parle de son fondateur. En créant cette société, ma première volonté a été de générer du plaisir au travail car cela me semble fondamental.

Ensuite, je résumerais l’ADN même de D-Secure en utilisant trois mots : réactivité, adaptabilité et rentabilité.

 

 

Que souhaitez-vous transmettre à vos collaborateurs ?

Au quotidien, j’aime transmettre à mes collaborateurs, prioritairement, le même plaisir que j’ai d’aller travailler, chaque matin. Il est essentiel de partager, avec ses collaborateurs, cette envie de développer des projets, ensemble, pour la satisfaction de tous.

 

Quelle a été l’évolution de D-Secure, au cours de ces deux dernières années ?  

Les six premiers mois ont été consacrés à la création de bases solides, pour s’assurer de la viabilité et la pérennité de D-Secure. L’activité économique et financière de la société a donc réellement débuté en janvier 2017. Ces deux dernières années ont été consacrées à la mise en place de relations clients durables, via l’établissement de liens de confiance. Je préfère bâtir de bonnes fondations et un réseau solide, plutôt que d’avoir une croissance trop rapide, qui présente des risques. Cette relation de confiance, permettant la fidélisation client, est pour moi essentielle.

Néanmoins, la confiance étant aujourd’hui instaurée, 2019 sera une année de développement pour D-Secure. Une croissance interne, avec quelques recrutements annoncés et une éventuelle croissance externe si des opportunités d’acquisitions sont au rendez-vous.

 

Quant à votre vision du marché de la sécurité, aujourd’hui ?

L’arrivée de très gros faiseurs, sur le marché de la sécurité, comme les GAFA, est inquiétante. En effet, de par leur puissance, ils vont imposer des choix techniques et financiers que nos structures ne pourront peut-être pas suivre. Néanmoins, je reste optimiste parce qu’il y a de la place pour tout le monde. Et je pense que les PME ne vont pas disparaître du jour au lendemain.

Par ailleurs, puisqu’on parle de vision, je pense que le secteur de l’alarme va irrémédiablement nécessiter l’accompagnement de la vidéosurveillance. C’est l’avenir du secteur.

 

Puisqu’on parle de vidéo, quel est votre avis sur l’Intelligence Artificielle, de plus en plus prégnante aujourd’hui ?

En tant que chef d’entreprise, je pense que l’arrivée de l’Intelligence Artificielle est une bonne chose et même une opportunité. Cette avancée est nécessaire, en tant qu’outil, pour permettre aux acteurs de la sécurité d’ offrir toujours plus de protection et de sécurité.

Aujourd’hui, un dirigeant, qui irait à l’encontre de l’IA, aurait du mal à faire perdurer son activité. Il faut donc s’adapter, l’intégrer et l’expliquer, en tenant compte des réglementations en cours.

En tant que citoyen, l’intelligence artificielle ne me gêne pas.  En outre, j’ai confiance dans les élites qui nous dirigent et sauront déterminer les limites à ces technologies, notamment concernant la préservation de nos données personnelles.

 

Pouvez-vous nous indiquer les raisons pour lesquelles vous avez souhaité adhérer au GPMSE ?

Rejoindre un syndicat professionnel comme le GPMSE permet au dirigeant d’une PME, comme la mienne,  d’être « plus fort », en étant mieux informé et accompagné, dans le quotidien.  En outre, la profession a besoin d’être encadrée et d’évoluer. Je sais que les Présidents élus nous représentent bien auprès des différentes instances et nous soutiennent.

Par ailleurs, adhérer au GPMSE me permet aussi de retrouver des amis. Il est essentiel d’échanger sur les bonnes ou les mauvaises pratiques, au jour le jour. En outre, il est toujours agréable, lorsque nous sommes confrontés à certains enjeux, d’échanger avec des confrères alliés qui sont de bons conseils.

Enfin, rencontrer des dirigeants de grande structure est également un souhait, car je considère qu’il est toujours intéressant de pouvoir dialoguer avec eux. Partager notre vision et nos expériences est d’une grande richesse.

Rédigé et publié le 17 janvier 2019 par Virginie Cadieu

Share This