Depuis le 1er janvier 2018, toute demande de renouvellement de carte professionnelle par un opérateur en télésurveillance, tout comme l’ensemble des agents de sécurité privée, doit être obligatoirement accompagnée d’une attestation de suivi de stage de maintien et d’actualisation des compétences (MAC). Fort de sa renommée auprès des télésurveilleurs, le GPMSE Formation, certifié Qualianor Certification, a déjà effectué une vingtaine de sessions de stage MAC, depuis le début de l’année, permettant ainsi le renouvellement de près de quatre-vingt cartes professionnelles. Patrick Lanzafame, Président du GPMSE Télésurveillance, nous explique les raisons de cette belle progression.

 

 

Stage de Maintien et d’Actualisation des Compétences : un vrai succès

Selon Patrick Lanzafame, ces excellents résultats, de très bon augure pour l’année 2019, s’expliquent, en grande partie, par la récente autorisation de réaliser ces formations directement dans les locaux de l’entreprise dans laquelle sont employés les stagiaires (1). « Cette formule de déport a permis de répondre à la problématique des chefs d’entreprises avec lesquels nous travaillons. Former les stagiaires sur leur lieu de travail permet, d’une part, d’offrir un stage sur-mesure, en répondant totalement aux attentes et spécificités de l’entreprise, ce qui peut difficilement être réalisé par les organismes de formation traditionnels mais également de réduire considérablement les coûts, les déplacements étant alors limités. »

Et de préciser, « nous sommes toutefois très vigilants quant au respect des critères permettant de dispenser ces formations in situ et veillons à ce que l’entreprise candidate remplisse bien les conditions d’éligibilité, comme la mise à disposition d’une salle de formation. »

Le MAC, permettant de mettre à jour les compétences acquises, mais n’étant pas validé par un examen, « un questionnaire est remis à chaque stagiaire au début, puis un autre à l’issue du stage ; nous pouvons ainsi nous rendre compte de la progression de chaque individu, en déterminant le niveau du stagiaire en amont de la formation, puis en analysant les acquis, à l’issue de cette formation ». Enfin, un questionnaire d’évaluation portant sur la qualité de la formation offre l’opportunité au GPMSE de mieux appréhender les aspects positifs, mais également les points d’amélioration à apporter. « Ces évaluations, une fois complétées, sont adressées au comité pédagogique qui prend alors en compte les avis des stagiaires pour faire évoluer, si cela s’avère utile, le contenu des modules de formation. Notre objectif est, en effet, de répondre au mieux aux attentes des professionnels, dans un secteur d’activité en pleine évolution. La qualité des formations et leur actualisation est pour nous essentielle. En outre, je me réjouis de constater que les réponses à ces questionnaires de satisfaction sont extrêmement positives, depuis le début de l’année. »

De la certification professionnelle OSTISD vers un catalogue de formations plus élargi

La certification professionnelle Opérateur(trice) spécialisé(e) en traitement d’informations de sécurité à distance (OSTISD), créée en 2013, ayant été renouvelée, pour une période de 5 ans, par arrêté du 27 décembre 2018 (Cf art. 25/02/2019), les premières sessions de formation seront dispensées dès le mois de mars, à Paris. Cette formation de 156 heures, inscrite au RNCP, permet au candidat, d’obtenir un diplôme reconnu de niveau IV .

« Cette nouvelle version du titre intègre, notamment, les aménagements résultant des dispositions législatives et règlementaires parues depuis 2016 », souligne Patrick Lanzafame, ajoutant « ce diplôme peut également être obtenu par un parcours VAE (2) ».

Et si les premières sessions sont déjà programmées, le GPMSE ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Compte tenu des très bons résultats obtenus pour le MAC, nous ne perdons pas espoir de pouvoir, dispenser la formation initiale ; aussi, nous allons prochainement représenter un dossier en conséquence. »

La volonté du GPMSE étant également de préparer d’autres contenus de formation, en lien avec l’évolution des technologies et attentes des professionnels, « nous allons travailler sur des contenus pour la formation des opérateurs vidéo, mais également sur d’autres métiers en lien avec la sécurité. »

En outre dans la continuité des travaux menés, depuis un an, concernant la prise en compte des risques cyber liés à l’utilisation prédominante de l’IP et à l’explosion des usages mobiles, Luc Jouve, Président du GPMSE Installation, a initié, en collaboration avec le CNPP, une formation portant sur la sécurisation des systèmes de sécurité/sûreté.

« Ce fut une belle réussite, confirme Patrick Lanzafame. Nous allons sûrement renouveler ce type de formation, en 2019, au travers de thématiques similaires Nous souhaitons, par exemple, réaliser des formations en lien avec le RGPD, les enjeux pour les PME, étant de mettre en œuvre les process, en interne, depuis la date d’entrée en application du Règlement Général sur la Protection des Données, le 25 mai 2018. Pour conclure, je dirais que le GPMSE Formation est un outil à destination des professionnels de la sécurité électronique, permettant de répondre à une problématique non usuellement traitée par les organismes de formation plus traditionnels. »

(1) Arrêté du 28 septembre 2018 modifiant l’arrêté du 27 février 2017 relatif à la formation continue des agents privés de sécurité : https://urlz.fr/8XO2

 (2) Valorisation des Acquis de l’Expérience : http://www.vae.gouv.fr/

Rédigé et publié par Virginie Cadieu, le 22 février 2019

Share This