pl photo coupéeLe 26 avril 2017, le Ministère du Travail publiait les chiffres de la première mesure d’audience des organisations professionnelles d’employeurs, au niveau des branches professionnelles. Ce qui laissait présager que GPMSE Télésurveillance remplissait les conditions de représentativité pour son entrée au sein de celle des entreprises de prévention et de sécurité. La publication, au Journal Officiel du 17.10.2017, de l’Arrêté du 3 octobre 2017, fixant la liste des organisations professionnelles d’employeurs reconnues représentatives, entérine la représentativité de GPMSE télésurveillance.

« Je suis très satisfait que la sécurité électronique soit enfin représentée », déclare Patrick Lanzafame  Président GPMSE Télésurveillance. Et d’ajouter « nous allons pouvoir désormais participer activement aux travaux de la branche, en travaillant de concert avec les autres organisations professionnelles. Face à l’évolution des métiers de la sécurité privée, aux mutations technologiques et numériques qui modifient nos métiers, cette représentativité offre l’opportunité d’œuvrer pour l’avenir. Les activités de service ayant pour objet la surveillance par des systèmes électroniques de sécurité sont, pour ma part, un formidable levier de valorisation de toute la chaîne de sécurité. »

Cette reconnaissance est, sans conteste, une avancée considérable pour GPMSE télésurveillance et pour les activités privées en sécurité électronique, dans leur ensemble. Ainsi, de nouvelles perspectives sont désormais envisageables.

Selon le Président GPMSE Télésurveillance, une des premières actions sera de contribuer à une nouvelle perception de l’activité et d’œuvrer en faveur de ces métiers.

 « Il nous appartient, à présent, d’être acteur, au sein de la branche professionnelle, pour transformer notre vision des choses en réalité. Cette reconnaissance va faciliter la démarche prospective que nous avons déjà entamée, liée à l’émergence de nouveaux métiers. Notre objectif est d’œuvrer rapidement sur la définition de profils de carrière de notre activité, sur la valorisation des métiers et la détermination de savoir-faire naissants, face à la migration technologique qui ne cesse de s’accélérer. »

 

 

Share This