Entretien avec Philippe Camilleri, Directeur général délégué

Créé en 1999, ESI, adhérent du GPMSE Télésurveillance, est une société française qui développe des solutions logicielles clé en main pour les stations centrales de télésurveillance, téléassistance, vidéosurveillance, postes de contrôle et centres d’appels. En cette période de crise sanitaire, Philippe Camilleri, Directeur général délégué de l’entreprise nous fait part de son ressenti et des perspectives à venir.

 

S’adapter à un nouveau mode de fonctionnement fut relativement aisé pour ESI

Philippe Camilleri indique qu’ESI n’a eu aucun mal à s’adapter au mode de fonctionnement du travail à distance et à répondre aux appels : « Nos systèmes d’astreintes ont toujours existé, avec une hotline qui fonctionne 24h/24 7j/7, et qui, éventuellement, peut escalader sur le bureau d’études. Certaines de nos équipes exerçaient déjà en télétravail, comme nos commerciaux. Pour les autres, ils ont été, de suite, équipés en conséquence. Aujourd’hui, nous adoptons la même configuration. Ainsi, les collaborateurs sont venus récupérer leur écran… »

Le Directeur général délégué tient alors à souligner : « cependant, si nous avions remarqué un net engouement pour le télétravail, au mois de mars, ce n’est plus le cas, à présent. En effet, une grande majorité de collaborateurs nous indiquent préférer revenir au bureau. Il nous faut, à la fois, faire preuve de compréhension, mais également de responsabilité, face à cette seconde vague. De ce fait, nous devons, malheureusement, imposer le télétravail, pour une grande part du personnel. Seuls les collaborateurs dont le métier nécessite une présence physique, au bureau, se déplacent, actuellement. »

 

Une activité qui ne faiblit pas…

Le Directeur général délégué présente plus en détail ESI, European Systems Integration : « la société a 3 activités : l’équipement des stations de télésurveillance, qui est notre activité principale, des sociétés de téléassistance et des ascensoristes. Editeur de logiciels, nous assurons également l’installation « clés en main » de nos solutions, et l’accompagnement de chacun de nos clients. Nous proposons un mode SaaS pour tous nos produits, depuis une dizaine d’années, localisés dans deux stations APSAD P3. »

Si le siège est situé à Le Cannet, la Business Unit ARGOS technologies est située à Rungis. « Notre activité s’étend à la région DACH (Allemagne, Autriche, Suisse), en Europe du nord, au Maghreb et en Belgique… Nous gérons 350 plateformes de télésurveillance, et d’autres installations plus légères. »

Quant à la période particulière que nous traversons, Philippe Camilleri est confiant : « nous constatons peu de décalages dans les commandes, c’est une chance. Aussi, même s’il est difficile de l’affirmer pour le moment, notre chiffre d’affaires devrait être quasiment identique à celui de 2019. En parallèle notre Ebitda a progressé, la réduction de dépenses étant significative. Le groupe ne subit donc pas de lourdes conséquences économiques, liées à cette pandémie. »

 

Une forte résilience en 2020…

Philippe Camilleri souligne : « ESI a beaucoup investi dans la recherche. Vingt-cinq ingénieurs composent notre équipe R&D. ARGOS Technologies propose ainsi deux produits logiciels en mode indirect : le Softnet Manager et l’hyperviseur SpaceControl. Ce dernier rencontre un très gros succès. En effet, s’il a nécessité un grand nombre d’années d’études, il intègre aujourd’hui tout notre savoir-faire au niveau des stations de télésurveillance. Le SpaceControl est un peu le fer de lance de notre commercialisation en mode indirect. »

Et d’ajouter « Le produit Deep Learning, pour l’analyse video, développé en partenariat avec l’INRIA de Sophia Antipolis pendant 4 ans, est unique ; il peut être couplé avec des capacités de traitements multi-protocoles. Nous avons aujourd’hui 400 protocoles disponibles en catalogue, dont 150 en vidéo. En outre, je me félicite du lancement du produit natif Trunk SIP réel (le X1), avec lequel nous avons modifié nos frontaux de réception d’alarme. Enfin, nous comptons beaucoup sur les nouveaux produits développés sur les applications smartphones (S1 et I1), permettant de déporter le traitement des installateurs pour des clients finaux télésurveillés, pour des véhicules d’intervention. Nous espérons, très sincèrement, que, tous ces produits, aujourd’hui disponibles, nous permettent de traverser cette crise ! »

Share This