Interview de Luc Jouve, Président du GPMSE Installation et de Patrick Lanzafame, Président du GPMSE Télésurveillance

Suite à un sondage, mené par le GPMSE Fédération auprès de ses adhérents, portant à la fois sur les certifications télésurveillance et installation, l’organisation professionnelle a présenté les résultats au CNPP. Rappelant que le GPMSE siège au Conseil d’Administration et aux Comités particuliers de certification du CNPP, Luc Jouve et Patrick Lanzafame nous livrent une partie des échanges qui s’en sont suivis, avec un éclairage tout particulier sur les certifications installation.

 

Une réunion constructive

Selon Luc Jouve, « les représentants du CNPP et les assureurs, présents lors de cette présentation, ont bien pris note des résultats des enquêtes ; celles-ci traduisant une réelle satisfaction de la part des dirigeants de société de télésurveillance, et une certaine contrariété émanant des adhérents du GPMSE Installation. ».

Patrick Lanzafame précise alors que 90% des adhérents du GPMSE Télésurveillance sont satisfaits des certifications de télésurveillance APSAD R31, celles-ci étant quotidiennement reprises dans les différents appels d’offres. Selon le Président du GPMSE Télésurveillance, les donneurs d’ordres y trouvent « une référence qualité et la reconnaissance d’un professionnel métier en mesure d’assurer la continuité de service. C’est également un atout commercial pour les certifiés. Depuis janvier 2019, la certification intègre également la norme européenne EN 50518. Une certification doit être constamment en évolution. Aussi, je suis, avec le comité particulier que je préside, très attentif  aux remontées directes des certifiés , aux réalités du terrain », ajoute-t-il.

« A contrario, les clients des adhérents du GMPSE Installation n’ont pas connaissance de l’existence des certifications APSAD R81, R82, D83 (1) des installateurs, celles-ci n’étant pas prescrites par les donneurs d’ordre », précise le Président du GPMSE Installation. Et d’ajouter « Nous avons ainsi souhaité souligner cette méconnaissance auprès des clients. Ainsi, seulement 5% des installateurs sont aujourd’hui certifiés. Y souscrivant de manière volontaire, ils sont en mesure d’attendre que les certifications soient « une référence qualité et un atout commercial » de même que pour les certifications de télésurveillance ».

 

Prochaine étape : rencontrer la FFA

Souhaitant ainsi faire connaître le fait qu’il existe des entreprises d’installation certifiées, Luc Jouve ajoute : « notre objectif étant d’offrir au client le choix de son installateur, en toute connaissance de cause, une réunion est en préparation avec la Fédération Française des Assurances (FFA), pour une prise en compte de nos remarques. Nous avons bon espoir que les choses évoluent dans le bons sens ».

 

(1) R81 : détection intrusion, R82 : vidéosurveillance et D83 : contrôles d’accès

 

 

 

Share This