Secure Systems & Services, un management participatif au service de l’innovation

Alexandre Dulgherian, nouvel adhérent au GPMSE Installation, nous présente l’activité, les enjeux et les ambitions de Secure Systems & Services.

Quelle est l’activité de Secure Systems & Services ?

Filiale de VINCI Energies, Secure Systems & Services fournit et met en œuvre des solutions de sûreté électronique.

En quoi consiste l’expertise de Secure Systems & Services ?

Depuis plus de 30 ans, Secure protège les sites sensibles et les systèmes d’information contre les menaces physiques et les cybermenaces. Nous proposons 3 types de prestations :

  • L’intégration de solutions de sûreté électronique (hypervision, vidéosurveillance, contrôle d’accès, détection intrusion, protection périmétrique, …),
  • La conception et l’intégration d’infrastructures sécurisées (IT, réseau) permettant notamment l’homologation des systèmes d’informations d’importance vitale (SIIV),
  • L’édition des solutions de sûreté comme celles commercialisées sous les noms de Security Soft et evolynxNG, un système global de management de la sûreté, certifié CSPN ANSSI, qui permet de gérer les accès, les visiteurs, les véhicules, les intrusions…

Quelles sont vos certifications ?

Secure Systems & Services est certifié ISO9001, ISO14001 et MASE.

Secure a également la particularité d’être certifié ISO27001, c’est-à-dire concernant la sécurité des systèmes d’informations. Cette certification garantit que la sécurité des SI est au cœur de la politique de management de l’entreprise, y compris de la politique de développement logiciel.

Concernant les tests logiciels, Secure est certifié ISTQB.

Alexandre Dulgherian, quel est votre parcours au sein de la société ?

J’ai intégré Secure Systems & Services en 2006, à l’issue de ma formation d’Ingénieur à Centrale Marseille. Après m’être investi dans la Cellule Offres de l’entreprise, puis à la tête du Pôle Offre et Expérience Clients, j’ai officiellement pris le poste de chef d’entreprise en janvier 2021.

Quelles sont les valeurs, l’ADN de Secure Systems & Services ?

Les valeurs de l’entreprise, partagées par nos 55 collaborateurs sont : excellence, ambition, exemplarité, solidarité.

Notre ADN : proposer des solutions personnalisées, s’adapter aux demandes les plus spécifiques, offrir à nos clients un très haut niveau de qualité de service avec une réactivité à toute épreuve !

Vous affichez clairement vos engagements RSE, quels sont-ils ? :

4 axes sont privilégiés chez Secure Systems & Services :

  • Mesure et réduction de l’impact environnemental: Secure décline la politique environnementale impulsée par le Groupe VINCI et est engagé dans une démarche de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030 (par rapport aux chiffres de 2018). Secure participe au Prix de l’environnement VINCI Energies 2021.
  • La diversité: nous sommes notamment engagés sur les sujets de la mixité hommes-femmes, avec un investissement marqué prévu en 2021 et plusieurs projets en faveur de toujours plus d’égalité hommes femmes. Secure s’investit en parallèle toujours résolument dans l’accueil des Jeunes, via notamment l’offre de stages et de contrats d’apprentissage, et également dans la collaboration avec des ESAT et entreprises d’insertion sociale.
  • La garantie de bonnes conditions de travail pour les salariés et les Partenaires de l’entreprise
  • La lutte contre la corruption: l’entreprise relaie les engagements forts pris par le Groupe VINCI.

En quoi votre modèle d’organisation et de management favorise-t-il l’intelligence collective ?

Chez Secure Systems & Services, la Direction et les managers animent les différents pôles sur la base de trois principes majeurs que sont la confiance et donc l’autonomie accordée aux salariés, l’exigence collective, pour toujours aller plus loin ensemble, et le management participatif : chaque membre de l’équipe est encouragé à proposer des idées, lesquelles, si elles font sens pour la stratégie d’entreprise, seront mises en œuvre.

Chaque année, un groupe projet se réunit afin de travailler sur le Plan Stratégique Partagé de Secure. Cette feuille de route est la pierre angulaire du management de l’entreprise. Elle est co-construite avec l’équipe, synthétisée par le chef d’entreprise puis partagée et déclinée dans tous les services et auprès de tous les acteurs.

Quels sont vos enjeux pour 2021 ?

En 2021, nous poursuivons le lancement commercial de notre solution de contrôle d’accès Nouvelle Génération evolynxNG, certifiée ANSSI CSPN. Nous communiquons ainsi largement sur les bénéfices Haute Sécurité et sur l’Ergonomie de notre système. Nous allons à la rencontre des organismes sensibles pour échanger ensemble sur leurs risques et l’optimisation de leur sécurisation.

En tant qu’intégrateur, nous avons également pour objectif de mettre en avant notre expertise en termes d’hypervision, notamment au travers de notre Security Soft uDrive. uDrive est déployé avec succès en particulier au sein de collectivités territoriales. Nous souhaitons nous positionner toujours plus sur l’accompagnement de ces structures.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier ?

Avec un positionnement initial d’expert en systèmes de sûreté électronique, nous avons élargi et poursuivons en continu l’élargissement de l’accompagnement que nous pouvons proposer à nos clients. Nous souhaitons en effet pouvoir répondre à leurs problématiques globales.

Ainsi, en termes de cybersécurité, par exemple, et en complément du socle applicatif du système de sûreté, nous concevons et intégrons de plus en plus l’infrastructure informatique d’hébergement (datacenters) et les infrastructures réseau, avec un très haut niveau de disponibilité. Les infrastructures IT se sont en effet très largement complexifiées vis-à-vis des exigences règlementaires et des évolutions technologiques, elles prennent désormais une part prédominante dans les enjeux des projets de sûreté électronique. Nous proposons également à nos clients des offres de Maintien en Condition de Sécurité, permettant de bénéficier d’une infrastructure et d’une installation toujours up-to-date et à niveau en termes de sécurité informatique.

Plus largement, nous inscrivons par ailleurs toujours plus notre activité sécurité au sein d’une approche globale « Smart Building ». C’est ainsi que nous avons initié, notamment, un rapprochement avec l’une de nos sociétés sœurs du Groupe VINCI, Smart Building Energies. L’objectif est de lier contrôle d’accès et pilotage optimisé des bâtiments, notamment en termes d’énergie. Notre système evolynxNG, ouvert et interopérable, permet en effet les interfaçages requis.

Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire sur votre activité ?

Nous avons enregistré une baisse du chiffre d’affaires en 2020, de l’ordre de 10%, notamment suite au premier confinement. Néanmoins, Secure Systems & Services a su être résilient : par la réorganisation de l’activité en développant les interactions clients à distance, le maintien de la présence sur site et chez nos clients lorsque nécessaire dans le respect des gestes barrière, et grâce au soutien du groupe VINCI également. C’est ainsi que l’entreprise a poursuivi son développement en 2020 en ouvrant au printemps une antenne Secure en Ile de France, et en ne recrutant pas moins de 8 personnes (pour un effectif total de 54 salariés).

Sur ce début d’année 2021, nous enregistrons quelques reports de projets ou d’appels d’offre. Comme sur d’autres secteurs impactés, nous surveillons également de près le marché des matières premières et composants électroniques, sujet à des hausses de tarifs et à des allongements de délais de livraison.

Néanmoins, l’activité de Secure est soutenue et la tendance est positive. Nous sommes présents, pour nos clients, nos Partenaires technologiques et commerciaux, et avec la volonté de toujours mieux les accompagner.

Quelles sont vos attentes en adhérant au GPMSE ?

En adhérant au GPMSE, Secure Systems & Services souhaite contribuer, avec l’ensemble des adhérents, au soutien, au développement et au rayonnement de notre marché de la sûreté électronique en France et en Europe.

Nous espérons également profiter d’un partage d’expériences, et travailler ensemble à des projets communs pour faire émerger synergies, innovations, et nouvelles approches, en unissant nos potentiels.

COMMUNIQUE DE PRESSE – 26 mars 2021

PPL « sécurité globale / POUR UN NOUVEAU PACTE DE SECURITE RESPECTUEUX DES LIBERTES » :

Le GES, le GPMSE et l’AN2V demandent le rétablissement de l’article 19 PORTANT sur L’INTRODUCTION de certaines activités dans le périmetre du lIvre VI DU CODE DE LA SECURITE INTERIEURE

Le Sénat a rejeté l’article 19 qui prévoyait un rapport du Gouvernement au Parlement relatif à l’intégration dans le livre VI du code de la sécurité intérieure sur « La conception, l’installation et la maintenance des dispositifs de sécurité électronique».
L’Assemblée Nationale avait pourtant retenu cette disposition indispensable pour garantir l’intégrité de nos dispositifs de sûreté électronique.
Nous demandons que cet article soit réintégré dans la PPL « Sécurité globale » par la Commission mixte paritaire !

Il est regrettable que le Sénat n’ait pas maintenu l’article 19 de la Proposition de loi relative à la sécurité globale, qui constituait une avancée dans l’encadrement des personnels en charge de la conception, de l’installation et de la maintenance de systèmes de sécurité électronique (vidéosurveillance, contrôle d’accès…).

Il est important de signaler qu’actuellement ces activités ne sont pas réglementées et les professionnels les exerçant ne font l’objet d’aucun contrôle.

L’article 19 supprimé par le Sénat indiquait que « Dans un délai de dix-huit mois à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport examinant l’opportunité de réglementer, au titre du livre VI du code de la sécurité intérieure, certaines activités en vue de contrôler la moralité et l’aptitude professionnelle des personnes qui les exercent », en particulier « la conception, l’installation et la maintenance des dispositifs de sécurité électronique ».

Cet article, voté par l’Assemblée nationale, est issu des travaux conduits par les Députés Thourot et Fauvergue dans leur rapport sur le Continuum de sécurité ainsi que des travaux du Livre blanc sur la sécurité intérieure.

Sa portée était en deçà des attentes de l’ensemble des acteurs professionnels, qui demandaient une intégration immédiate des personnels réalisant la conception, la programmation, l’installation et la maintenance de systèmes de sécurité électronique au livre VI du CSI, afin de contrôler leur moralité.

Le choix de l’Assemblée nationale, de prévoir un rapport d’opportunité sur cette situation, était un minimum, dans un contexte d’insécurité croissante auxquelles sont confrontées les citoyens, les entreprises, les administrations et les collectivités locales.

Le rejet de l’article par le Sénat est donc regrettable et incompréhensible.

Les personnels en charge des opérations de conception, de programmation, d’installation et de maintenance de systèmes de sécurité électronique ont accès à des sites et des informations qui peuvent être particulièrement sensibles. Ils disposent des données numériques. Des intrusions numériques ou des captations d’informations peuvent être menées lors de ces opérations. Il paraît donc logique que ces personnels soient contrôlés sur leur moralité, au même titre que des agents de sécurité privée et les opérateurs de télésurveillance.

En conséquence, le GES, le GPMSE et l’AN2V demandent aux Sénateurs et Députés réunis en Commission Mixte Paritaire de rétablir l’article 19 voté par l’Assemblée nationale.

Au regard des réflexions engagées, le délai envisagé pour la production d’un tel rapport s’entend à six mois suivant la promulgation de la loi.

Téléchargez le communiqué de presse

CDT Sécurité: d’une entreprise familiale locale à un acteur référent national

Madame Rachel Massotte, Directrice Générale de CDT Sécurité et nouvelle adhérente du GPMSE Télésurveillance nous parle de son activité et des perspectives à venir :

  • Quelles sont les activités de CDT Sécurité ?

CDT Sécurité est un centre opérationnel de sécurité en télésurveillance et levée de doute vidéo pour particuliers, professionnels, collectivités et centre de téléassistance pour personnes âgées et handicapées.

Depuis sa création il y a plus de 25 ans à Perpignan, CDT Sécurité, société familiale, a connu une croissance constance pour devenir aujourd’hui un des leaders français indépendants de la sécurité avec plus de 60 000 abonnés.

  • Rachel Massotte, quel est votre parcours au sein de la société ?

Issue du secteur bancaire, j’ai démarré mon parcours au sein de CDT Sécurité en mars 2005 en tant qu’assistante commerciale puis j’ai évolué comme Directrice Commerciale en 2015. J’occupe maintenant le poste de Directrice Générale de CDT Sécurité depuis 2018.

  • En 3 mots quelles sont les missions de CDT Sécurité ?

Surveiller – Protéger – Alerter 24h/24 et 7j/7j

  • Quelles sont les valeurs, l’ADN de CDT Sécurité ?

Proximité et professionnalisme au service des abonnés pour une meilleure qualité de vie !

Le fait d’être une entreprise familiale indépendante nous permet d’être très réactifs sur les innovations technologiques, c’est ce qui constitue notre force et notre ADN.

  • Quelle est la culture de l’entreprise ?

La culture de l’entreprise est basée sur le sens des priorités, l’efficacité, la maîtrise et l’expérience qui ont permis à CDT Sécurité de passer d’une entreprise familiale locale à une structure nationale toujours indépendante.

  • Quelles sont vos typologies de clients ?

Ce sont souvent les fabricants et distributeurs de matériels qui nous prescrivent auprès de nos clients directs, les installateurs, pour qui nous gérons leurs propres clients en marque blanche.

Le client final étant à 80% les particuliers et à 20% les professionnels PME, artisans, restaurateurs,… et quelques collectivités pour la sécurisation des bâtiments communaux.

N’ayant pas d’agrément APSAD P3 nous ne gérons pas les risques lourds.

  • Quel est votre enjeu principal pour 2021 ?

Continuer à croitre malgré la crise sanitaire qui ralentit bien sûr l’activité commerciale.

  • Comment voyez-vous l’évolution de votre métier ?

La Télésurveillance va évoluer en termes d’innovations technologiques avec la domotique qui s’intègre de plus en plus dans les systèmes de sécurité des particuliers, la majorité de nos clients finaux.

  • Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire sur votre activité ?

Très honnêtement, nous ne subissons pas trop de conséquences négatives et nous enregistrons une croissance entre 6 et 8% pour 2020. Les prochains mois vont certainement être plus incertains pour nos clients installateurs compte tenu du nombre de professionnels, notamment les restaurateurs, qui vont être en difficulté.

  • Quelles sont vos attentes en tant qu’adhérant au GPMSE Télésurveillance ?

Nous communiquons régulièrement avec nos clients, fournisseurs et partenaires sur l’évolution du secteur mais ça n’est pas suffisant pour être au fait des dernières actualités et réglementations. Des entreprises déjà adhérentes nous ont recommandé de rejoindre le GPMSE Télésurveillance pour répondre à notre besoin d’avoir une veille poussée du métier.

 

PROTECT FRANCE : après un début d’année très difficile, la sortie d’un nouveau produit en janvier 2021 « Purifog »

Christophe Dessain, Dirigeant de PROTECT FRANCE un des leaders mondiaux de générateurs de brouillard opacifiant et de produits de Marquage Codé, fidèle partenaire du GPMSE Fédération, nous fait part de son ressenti face à la situation sanitaire complètement inédite, qui l’a surpris, sans pour autant lui enlever son élan innovateur. Les perspectives 2021 sont aujourd’hui engagées sous de beaux auspices.

 

« Un deuxième trimestre particulièrement difficile »

Christophe Dessain a fondé PROTECT FRANCE en 2003. Il nous présente, en premier lieu, les conditions d’un début de confinement difficile : « nous avons vécu quelque chose d’exceptionnel, le 16 mars. En 17 années d’exercice, je me suis senti dépourvu, pour la première fois, comme devant un gouffre, une fosse abyssale. Du 16 au 31 mars, nous n’avons reçu aucun bon de commande, pas un seul appel. J’ai toujours tout anticipé ; gérer c’est prévoir. Or, la situation faisait que nous n’avions plus de visibilité. Un nouveau budget « Covid », prévoyant une perte nette de 200K€ sur l’année, fût très vite établi… Notre chiffre d’affaires 2020 sera en baisse de 15%. Nous avons connu une baisse du chiffre d’affaires de 80% au mois d’avril, puis nous avons remonté petit à petit ; le chiffre d’affaires de septembre 2020 correspondait à celui de septembre 2019, également pour octobre, une légère hausse en novembre, à nouveau étale en décembre ».

 

« Prendre soin de nos collaborateurs, de nos clients »

« Pendant cette période, garder la cohésion des équipes, ainsi que la santé physique et morale de tous, ont été ma priorité. Le télétravail a été favorisé, au maximum, hormis certaines personnes demandant impérativement à se rendre au bureau. Ayant commandé, dès février, des masques et du gel hydroalcoolique, nous avions les éléments nécessaires pour nous assurer une totale sécurité. J’ai également fait le maximum pour éviter un long chômage partiel à mes collaborateurs. Je jugeais, en effet, que nous n’étions pas les plus à plaindre, par rapport à d’autres secteurs. Nous avions débuté l’année avec un chiffre d’affaires en croissance de 25%. Je dus néanmoins me résoudre à un chômage partiel à mi-temps, au mois d’avril ; les personnes travaillaient le matin. Les équipes ont pu se retrouver en mai, lors de la préparation et le conditionnement des Kits « PROTECTion » (masque, gel, rubalise et lunettes de protection) offerts à nos clients pour toute commande de générateurs. Tous étaient heureux de se réunir à nouveau.

Bien sûr nous avons aussi suivi nos clients. Nous les avons appelés, en mars et avril, non pas pour vendre, mais pour prendre de leurs nouvelles. Nous les connaissons depuis des années. Parler, échanger était important. Le kit a également été grandement apprécié ; ce, tout particulièrement pour certains de nos clients qui en étaient totalement dépourvus, au départ »

 

« Le Purifog, une brume purifiante et désinfectante à destination des locaux, sortira sur le marché en janvier 2021 »

Ces moments difficiles n’auront pas empêché Christophe Dessain, d’anticiper en se projetant sur un autre marché : celui de la sécurité sanitaire. Pour le dirigeant de PROTECT FRANCE « Il y aura un avant et un après Covid, avec l’émergence de nouveaux marchés. J’attends de pouvoir reprendre mes échanges au sein du GPMSE, si productif. Je pense notamment à certains aspects de la sécurité sanitaire, qui peuvent faire appel à du matériel électronique, pour la télémaintenance et le déclenchement à distance, via l’IP et un Cloud, par exemple. Nos rencontres permettent de toujours mieux orienter nos recherches et notre développement, de dialoguer avec nos clients et autres décideurs pour innover toujours plus et préparer les innovations de demain ».

PROTECT FRANCE est déjà connu pour ses produits dissuasifs de marquage codé (PMC), le générateur de brouillard, non toxique, non létal et ne nécessitant aucun nettoyage, une fois le déclenchement activé. Tous d’une efficacité redoutable contre le vol et contre l’agression : « 98% des sites équipés, comportant la signalétique de dissuasion SmartWater ne subissent plus d’attaque ou de vol ».

Christophe Dessain est alors fier d’annoncer « l’arrivée de notre nouveau produit révolutionnaire : le Purifog, disponible dès janvier 2021. Une brume qui purifie et désinfecte une pièce, dans les moindres recoins, en 15 minutes. Il suffit ensuite de ventiler. Les tests ont été validés par Bureau Veritas. PROTECT FRANCE a signé un partenariat avec un fabricant qui propose le premier thermo spray, la formule BactoPlus : le produit sera utilisé à chaud puis diffusé en brume si fine qu’elle peut se diffuser partout ; derrière une poignée de porte, sous les tables, les chaises… Les micromolécules de la formule sont beaucoup plus fines que les molécules des sprays utilisés actuellement. Purifog intéresse déjà nos clients Grands Comptes, de par son utilisation extrêmement simple ».

 

 

L’Observatoire des Métiers de la Sécurité Privée : parution du Rapport de branches 2020

Interview de Vincent Andrin, Président de l’Observatoire des Métiers,  et Patrick Lanzafame, Président du GPMSE Télésurveillance

 

L’Observatoire des Métiers de la Sécurité Privée publie, chaque année, un Rapport présentant deux Enquêtes de Branches reconnues par la profession : la Prévention-Sécurité et la Sûreté aérienne et aéroportuaire. A l’occasion de la sortie du dix-huitième rapport de l’organe institutionnel, son Président, Vincent Andrin, également adhérent du GPMSE Télésurveillance, nous présente le cadre dans lequel le rapport est établi, ainsi que quelques éléments significatifs, tout particulièrement concernant la partie Prévention-Sécurité.

 

Le rapport de branche Prévention-Sécurité : un vaste état des lieux des entreprises de la sécurité privée

« Créé en 2008 par des organisations professionnelles, l’Observatoire des métiers est un organe institutionnel qui fonctionne dans le cadre du paritarisme avec, pour objectif, la promotion de la sécurité privée ; il donne ainsi un certain nombre d’éléments statistiques, de données, qui doivent aider à une prise de décision sur tout ce qui est emploi et formation, explique Vincent Andrin. Et d’ajouter « nous pouvons être saisis d’autres missions, de la part du CPNFP (Comité Paritaire National pour la formation professionnelle), car tout ce qui peut aider la sécurité privée fait partie de l’Observatoire ».

L’Enquête sur la Prévention-Sécurité détaille ainsi le monde des entreprises de la sécurité privée intervenant dans le domaine de la sécurité, la télésurveillance et l’intervention. Ce rapport de 79 pages présente un positionnement économique, des données sociales pour tous les aspects de la profession.

Quelques chiffres du rapport 2020 sur les données 2019 : 11 976 entreprises, 183 116 salariés, +4500 créations d’emplois (une augmentation de 2.5% de l’effectif salarié de la branche par rapport à 2018), 295 millions d’heures de travail (une augmentation de 5.5% versus 2018).

Ce rapport mentionne un chiffre d’affaires de 7950 millions d’euros pour l’ensemble des entreprises de la profession. Ce dernier aura augmenté de 52% en 10 ans, depuis 2009.

Si la profession a résisté dans son ensemble au premier confinement, des secteurs en ont pâti : l’événementiel, le secteur du retail (l’ensemble des magasins considérés comme non essentiels par le Gouvernement depuis le début de cette crise sanitaire).

 

Vers une évolution des données communiquées dans ce rapport…

L’année prochaine certains éléments de ce rapport évolueront… Quelques nouvelles données apparaîtront, comme celles portant que l’apprentissage, l’événementiel, mais également les technologies, de façon à prendre en compte la sécurité globale.

« Nous faisons en sorte de coller à la réalité, à l’évolution de notre profession. Ce rapport traduit bien cette évolution. En outre, nous appelons de nos vœux la féminisation de la profession (14% de femmes actuellement, pour 86% d’hommes). Nous sommes convaincus de leur valeur ajoutée, et sommes conscients de l’importance de recruter davantage de femmes dans le secteur événementiel, mais également d’autres secteurs d’activité », conclut Vincent Andrin, également Président du Directoire de Sotel.

 

« Je remercie Vincent Andrin pour le travail accompli, déclare Patrick Lanzafame, Président du GPMSE Télésurveillance. Depuis que le GPMSE pilote l’Observatoire des Métiers de la Sécurité Privée, une touche de modernité a été apportée ; cela se traduit notamment par l’intégration de nouveaux métiers et technologies dans ces études. De ce fait, nous pouvons mieux sensibiliser l’ensemble de l’écosystème en réalisant une analyse portant sur la sécurité globale. »

 

Vous pouvez télécharger l’Enquête de branche Prévention Sécurité en cliquant   Ici

VigiCom : vers la mise en place de partenariats avec des installateurs régionaux

Conceptrice des applications VigiCom, solutions électroniques et logicielles dédiées à la sécurité, la sûreté et la prévention, la société Attendance ne cesse de se réinventer. Elle a aujourd’hui ouvert ses produits à la location. Devant ce succès, Attendance, partenaire du GPMSE depuis de nombreuses années, se propose d’entrer en contact avec les sociétés d’installation du groupement professionnel en vue de futurs partenariats, notamment pour deux de ses produits phares liés à la sûreté et à l’événementiel. Yohann Laudier, co-dirigeant de la société, nous en précise les tenants et aboutissants.

 

Une société créée en 2004, fondatrice des solutions Vigicom

Crée en 2004, Yohann Laudier et Jérôme Teuffot ont racheté la société Attendance en 2017. Les produits VigiCom sont universellement reconnus en Europe Francophone et en Afrique de l’Ouest, où la société fait 30% de son chiffre d’affaires.

L’innovation et la satisfaction de ses clients sont les maîtres mot de l’entreprise : « La moitié de nos collaborateurs se consacrent au développement de software et de la technologie dédiée aux solutions que nous proposons. Nous sommes connus pour notre dispositif de Protection du Travailleur Isolé (PTI), nos Systèmes de Protection Individuelle Intelligent (SPII), notre Contrôle des rondes et la Main courante informatisée. Nous avons été précurseurs, voici dix ans, dans la mise à disposition d’une application Web VigiCom® MyMCR pour nos 3 univers : la protection, la sécurité et la sûreté ; nous avons fait fabriquer et avons proposé les premiers portiques de détecteurs de métaux montables et démontables, les scanners à rayons X » présente Yohann Laudier.

 

Une nouveauté 2020 : la mise en location de ses produits

« Aujourd’hui, nous offrons la possibilité de louer nos produits. Nous rencontrons un gros succès concernant la location (mais également la vente) de deux solutions liées à la sûreté et à l’événementiel : les portiques de détection de métaux montables et démontables et les scanners Rayon X.

Nos matériels sont plug & play. L’un de nos collaborateurs est dédié au suivi de notre clientèle. Beaucoup de nos clients souhaitent être accompagnés dans la mise en service du matériel, dans le montage et le démontage, lors de la location de ces produits ; avoir un contrat de maintenance lors de leur vente », précise le co-dirigeant d’Attendance.

Vers des partenariats régionaux…

« Pour 2021, nous souhaitons mettre en place des partenariats régionaux pour nos portiques de détection de métaux et les scanners à rayons X, avec des installateurs. Ce, tant concernant la location, nécessitant l’installation et la désinstallation des produits, que de la vente en proposant le suivi d’un contrat de maintenance. En présentant à nos clients la possibilité de pouvoir joindre une société locale, nous leur assurons professionnalisme, proximité, suivi, accompagnement au plus proche de leurs souhaits. Nous avons déjà mis en œuvre ce principe en Afrique, et cela se passe très bien. »

 

 

Si vous souhaitez devenir partenaire installateur des solutions sûreté de VigiCom, vous pouvez directement contacter Yohann Laudier : y.laudier@attendance.fr