Le GPMSE confirme sa satisfaction concernant l’accord signé. Néanmoins, il souligne qu’il s’agit d’une première étape devant servir de base pour des engagements plus ambitieux, lors des trois prochaines années.

« Cet accord professionnel est un message porteur d’espoir pour les chantiers à venir, dans l’intérêt des femmes et des hommes qui composent les métiers de la sécurité privée. Et si, aujourd’hui, la revalorisation de 2,6 % de l’ensemble des salaires conventionnels pour 2020, ainsi que des augmentations pour 2021 et 2022, ont été validées par la moitié des syndicats (1), nous ne mésestimons pas le travail qu’il reste à mener pour une adhésion plus significative.

Il faut préciser que le GPMSE, en adéquation avec sa déontologie, a souhaité soutenir l’accord, dans un esprit de cohésion, même s’il est moins concerné par les enjeux de manque de reconnaissance et d’attractivité de la profession. En effet, la grille des salaires dans les activités ayant pour objet la surveillance par des moyens électroniques de sécurité est, bien souvent, au-dessus des premiers coefficients de spécialité de surveillance humaine représentant plus de 80% des acteurs. Au demeurant, en cohérence avec l’ensemble de la profession que nous représentons, nous continuerons à nous engager aux côtés des autres organisations patronales, pour contribuer au dialogue social et la structuration des métiers de la sécurité privée », déclare Patrick Lanzafame, Président du GPMSE Télésurveillance.

A l’attention des adhérents : retrouver cet accord signé sur votre intranet. Téléchargeable.

(1) Signature des syndicats FO, Unsa et CFE-CGC.

Rédigé et publié le 15/11/2019 par Virginie Cadieu

Share This