Le 30 janvier dernier, Claude Tarlet, Président de la Fédération française de la Sécurité Privée (FFSP), ouvrait la cérémonie des vœux en y associant l’ensemble des quinze dirigeants des organisations professionnelles composant cette fédération. Jean-Christophe Chwat, Président du GPMSE Fédération, mais également vice-président de la FFSP, se réjouit du discours de Claude Tarlet, soulignant la détermination des syndicats professionnels représentés à rassembler, unir, entreprendre et accompagner dans la transformation des métiers. Il revient sur certains sujets, évoqués lors de cette soirée, pour affirmer son total accord avec le Président de la FFSP et apporter la vision du GPMSE.

 

Rassembler et construire des maisons communes

IMG_5411 « Comme le souligne Claude Tarlet, la sécurité privée est une filière qui va bien au-delà de la sécurité humaine. Aussi, en tant que Président du GPMSE, je confirme la nécessité de rassembler et construire une maison commune dans le secteur de la sécurité électronique. C’est pour cela que le rapprochement entre l’USP technologies et le GPMSE, une de nos priorités en 2019, devrait se concrétiser avant l’été. Un calendrier qui est d’autant plus scruté que nous fêterons également les 20 ans du GPMSE, fin mai. Durant ces prochains mois, Ivan Marciano et moi-même, en y associant Luc Jouve et Patrick Lanzafame, allons définir et rédiger le sens de ce rassemblement et nos objectifs communs, pour l’intérêt des femmes et des hommes qui composent ces deux syndicats et ne formeront plus qu’un, demain.

Et je me réjouis de constater que l’échéance du rassemblement USP et SNES est également annoncée à la même période. Ce profond changement, dans le monde de la sécurité privée, est opéré dans l’intérêt général des adhérents et partenaires et pour la pérennité des entreprises concernées et des emplois. »

 

La DCS, une délégation indispensable pour la construction du continuum de sécurité

IMG_5461« Je félicite Claude d’avoir, durant cette cérémonie, mis l’accent sur l’importance du maintien de la délégation aux coopérations de sécurité et renouvelle notre profond soutien. En effet, cette délégation joue un rôle prépondérant dans le domaine de la sécurité électronique avec les acteurs concernés, comme la prise en compte de l’inéluctable évolution technologique, réglementaire et stratégique de la vidéoprotection.

Nous avons été reçus, en ce début d’année, par le Délégué aux coopérations de la sécurité, M. le Préfet Philip Alloncle, et son adjointe, en charge de la vidéoprotection, Mme Elisabeth Selllos-Cartel.

Cette réunion constructive a notamment permis d’aborder des sujets cruciaux, qui nous tiennent à cœur, comme l’entrée des installateurs en sécurité électronique dans le livre VI, les activités connexes, la mise en avant de parcours professionnels valorisants et de passerelles.

Je rappelle également que, depuis huit mois, un formidable travail de concertation est mené concernant la détermination d’une solution technique permettant d’optimiser les informations transmises par les télésurveilleurs aux policiers et gendarmes, après levée de doute positive ; le souhait, pour chaque partie prenante, étant d’optimiser certaines prestations grâce à la transmission directe des images collectées et du son enregistré ayant justifié un appel pour intervention des forces de l’ordre. Une belle initiative qui entre pleinement dans la démarche du continuum de sécurité voulu, à savoir la consolidation de la confiance entre les acteurs publics et les acteurs privés, dans l’intérêt de la nation. Aussi nous remercions le Délégué aux coopérations de sécurité pour sa disponibilité, sa grande écoute et son appui. »

 

Rédigé et publié le 11 février 2019 par Virginie Cadieu

 

 

 

Share This