Pour faire face à la crise et au confinement imposé par l’épidémie du CORONAVIRUS (COVID-19) les employeurs, entreprises, associations, administrations, collectivités se sont vues devoir mettre en place ou développer dans l’urgence le télétravail pour maintenir, au moins a minima, leurs activités essentielles. L’ouverture vers l’extérieur du système d’information de l’entreprise peut engendrer des risques sérieux de sécurité qui pourraient mettre à mal l’entreprise, voire engager sa survie en cas de cyberattaque.

Voici 12 recommandations à mettre en œuvre pour limiter au mieux les risques :

  1. Définissez et mettez en œuvre une politique d’équipement des télétravailleurs: Privilégiez autant que possible pour le télétravail l’utilisation de moyens mis à disposition, sécurisés et maîtrisés par l’entreprise. Lorsque ce n’est pas possible, donnez des directives d’utilisation et de sécurisation claires aux employés en ayant conscience que leurs équipements personnels ne pourront jamais avoir un niveau de sécurité vérifiable (voire sont peut-être déjà compromis par leur usage personnel).
  1. Maîtrisez vos accès extérieurs : Limitez l’ouverture de vos accès extérieurs ou distants (RDP) aux seules personnes et services indispensables, et filtrer strictement ces accès sur votre pare-feu. Cloisonnez les systèmes pour lesquels un accès à distance n’est pas nécessaire pour les préserver, surtout s’ils revêtent un caractère sensible pour l’activité de l’entreprise.
  1. Sécurisez vos accès extérieurs : Systématisez les connexions sécurisées à vos infrastructures par l’emploi d’un « VPN » (Virtual Private Networkou « réseau privé virtuel » en français). Outre le chiffrement de vos connexions extérieures, ces dispositifs permettent également de renforcer la sécurité de vos accès distants en les limitant aux seuls équipements authentifiés. La mise en place sur ces connexions VPN d’une double authentification sera également à privilégier pour se prémunir de toute usurpation.
  1. Renforcez votre politique de gestion des mots de passe : Qu’il s’agisse des mots de passe des utilisateurs en télétravail, mais aussi de ceux en charge du support informatique, les mots de passe doivent être suffisamment longs, complexes et uniques sur chaque équipement ou service utilisé. La majorité des attaques est due à des mots de passe trop simples ou réutilisés. Au moindre doute ou même en prévention, changez-les et activez la double authentification chaque fois que cela est possible. En savoir plus.
  1. Ayez une politique stricte de déploiement des mises à jour de sécurité : Et ce, dès qu’elles sont disponibles et sur tous les équipements accessibles de votre système d’information (postes nomades, de bureau, tablettes, smartphones, serveurs, équipements réseaux ou de sécurité…) car les cybercriminels mettent peu de temps à exploiter les failles lorsqu’ils en ont connaissance. Un défaut de mise à jour d’un équipement est souvent la cause d’une intrusion dans le réseau des entreprises. En savoir plus.
  1. Durcissez la sauvegarde de vos données et activités : Les sauvegardes seront parfois le seul moyen pour l’entreprise de recouvrer ses données suite à une cyberattaque. Les sauvegardes doivent être réalisées et testées régulièrement pour s’assurer qu’elles fonctionnent. Des sauvegardes déconnectées sont souvent indispensables pour faire face à une attaque destructrice par rançongiciel (ransomware). En outre, il convient également de s’assurer du niveau de sauvegarde de ses hébergements externes (cloud, site Internet d’entreprise, service de messagerie…) pour s’assurer que le service souscrit est bien en adéquation avec les risques encourus par l’entreprise. En savoir plus.
  1. Utilisez des solutions antivirales professionnelles : Les solutions antivirales professionnelles permettent de protéger les entreprises de la plupart des attaques virales connues, mais également parfois des messages d’hameçonnage (phishing), voire de certains rançongiciels (ransomware). Utiliser des solutions différentes pour la protection des infrastructures et pour les terminaux peut s’avérer très complémentaire et donc démultiplier l’efficacité de la protection dans un principe de défense en profondeur.
  1. Mettez en place une journalisation de l’activité de tous vos équipements d’infrastructure : Ayez une journalisation systématique et d’une durée de rétention suffisamment longue de tous les accès et activités de vos équipements d’infrastructure (serveurs, pare-feu, proxy…), voire des postes de travail. Cette journalisation sera souvent le seul moyen de pouvoir comprendre comment a pu se produire une cyberattaque et donc de pouvoir y remédier, ainsi que d’évaluer l’étendue de l’attaque.
  1. Supervisez l’activité de vos accès externes et systèmes sensibles : Cette supervision doit vous permettre de pouvoir détecter toute activité anormale qui pourrait être le signe d’une cyberattaque, tels une connexion suspecte d’un utilisateur inconnu, ou d’un utilisateur connu en dehors de ses horaires habituels, ou encore un volume inhabituel de téléchargement d’informations…
  1. Sensibilisez et apportez un soutien réactif à vos collaborateurs en télétravail : Donnez aux télétravailleurs des consignes claires sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire et sensibilisez-les aux risques de sécurité liés au télétravail. Cela doit se faire avec pédagogie pour vous assurer de leur adhésion et donc de l’efficacité des consignes. Les utilisateurs sont souvent le premier rempart pour éviter, voire détecter les cyberattaques. Utilisez au besoin nos supports et notre kit de sensibilisation ou encore les recommandations aux télétravailleurs décrites supra. Ces utilisateurs coupés de leur entreprise ont également besoin d’un soutien de qualité et réactif pour éviter toute dérive.
  1. Préparez-vous à affronter une cyberattaque : L’actualité démontre qu’aucune organisation, quelle que soit sa taille, n’est à l’abri d’une cyberattaque. Il faut donc admettre que cela n’arrive pas qu’aux autres. La question n’est donc plus de savoir si on va être victime d’une cyberattaque, mais quand on le sera. Il faut donc s’y préparer. L’évaluation des scénarios d’attaques possibles (cf. menaces supra) permet d’anticiper les mesures à prendre pour s’en protéger et de définir également la conduite à tenir pour réagir quand elle surviendra : plans de crise et de communication, contractualisation avec des prestataires spécialisés pour recourir à leur assistance…
  1. Dirigeants : impliquez-vous et montrez l’exemple ! La sécurité est toujours une contrainte qu’il faut accepter à la mesure des enjeux qui peuvent s’avérer vitaux pour les entreprises. L’implication et l’adhésion des dirigeants aux mesures de sécurité est indispensable, tout comme leur comportement qui doit se vouloir exemplaire afin de s’assurer de l’adhésion des collaborateurs.

Pour en savoir plus :  Recommandations sur le nomadisme numérique par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI)

Publié, le 24 mars 2020, par Virginie Cadieu

Source : cybermalveillance.gouv.fr

Share This